Coyotus Erudicus

Coyotus Erudicus

Le sabotier

Le terme de sabotier désigne l'artisan qui fabriquait entièrement les sabots. Les maîtres-sabotiers quant à eux employaient le tailleur, qui donne à la bûche l'apparence du sabot, le creuseur, qui creuse la forme et le pareur, qui termine le sabot.

Les premiers sabotiers abattaient et débitaient eux-mêmes leur bois. Il s'agissait souvent du bouleau, parfois de l'orme, du hêtre ou de l'acacia.

Le sabot de "luxe" se fabriquait dans le noyer. Le peuplier était utilisé pour faire les sabots utilisés en milieu humide (notamment par les mariniers) car il évitait de glisser.

Le chêne et le frêne étaient proscrits, car beaucoup trop pesants.

Pour réaliser une paire de sabots, il fallait débiter l'arbre, fendre des bûches à la taille et les assembler par paire. Le sabotier dégrossissait les bûches à l'aide d'une petite hache et d'une herminette, puis taillait le sabot avec une longue lame appelée le paroir.

Il creusait l'intérieur des sabots, d'abord avec une vrille puis à la cuillère (outil métallique à embout arrondi). Il lissait la surface avec une lame tranchante (la rogne, le racloir) accrochée à son établi (la coche) par un anneau.

Les femmes finissaient par la décoration en sculptant le bois à l'aide de petits outils de type ciseaux à bois arrondis appelés rainettes.

Au début du XIXème siècle, pour éviter le "sabotage" - fabrication des sabots avec le bois des résineux - le métier fut réglementé et les ateliers durent être situés à une distance d'au moins une demi-lieue des forêts.

En 1950, la généralisation de l'usage du tracteur pour lequel les bottes sont plus pratiques que les sabots, donnera le coup de grâce aux sabotiers.



27/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres