Coyotus Erudicus

Coyotus Erudicus

Ecrivain public

Le métier d’écrivain public est un des plus vieux métiers du monde : il a vu le jour en Mésopotamie il y a deux mille ans !

Dans les années 1850, les écrivains publics tenaient une petite échoppe dans les rues des villes et attendaient le client désireux de faire appel à ses services.

En majorité populaire, sa clientèle faisait alors partie d’une classe moyenne souvent analphabète, mais convaincue de l’utilité et de la beauté de la langue.

On trouve, parmi les demandeurs, des artisans, des employés de maisons, des cochers, des servantes et divers autres personnages ayant besoin de l’écrivain public pour la rédaction, en majeure partie de billets doux ou de lettres d’amour.

L'écrivain public professionnel écrivait ce que le client lui dictait et faisait payer quelques pièces pour une lettre.

 

Le développement des villes, des métiers et de l’administration oblige le peuple à s’intéresser de plus en plus à la langue, tant en lecture qu’en écriture.

Mais même dans ce cas, la population de base requiert encore les services de l’écrivain, lequel maîtrise correctement le style et l’orthographe.

Ainsi, lorsqu’une personne souhaitait s’en remettre à la cour de justice pour régler un différend ou réclamer le paiement d’une dette, un formulaire de plainte était nécessaire.

Celui-ci, rédigé en bonne et due forme évitait toute discussion ou appréciation erronée du cas soumis.

Dans les campagnes, le métier était beaucoup plus précaire, car il était en butte à la concurrence du curé, homme instruit, qui savait donc correctement manier les mots, et aidait ses paroissiens pour l’écriture de leurs documents.

 

Le métier d’écrivain public, toujours actif aujourd’hui, s’est mis au goût du jour et utilise maintenant toutes les techniques du multimédia.

De plus en plus d’écrivains publics se tournent vers les récits de vie, la transmission du savoir des personnes âgées, tout en assurant toujours la rédaction de lettres personnelles, de documents administratifs, de discours, de félicitations, de curriculum vitae, et de tout autre document demandé.

Certains écrivains publics se limitent au privé, tandis que d’autres visent les entreprises en créant des reportages, des courriers publicitaires, du courriel de nouvelles, des invitations, etc…

 

Bref, un très vieux métier, mais encore plein d’avenir.

 



24/02/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres