Coyotus Erudicus

Coyotus Erudicus

Le tourbier

Le travail du tourbier consistait, au Moyen-Âge, et encore aujourd'hui dans certaines régions, à récolter la tourbe et à la traiter selon l'utilisation qu'on lui destinait.

La tourbe est une étape de la transformation des matériaux organiques devenant peu à peu du charbon en 1 million d'années environ.

Il existe trois types de tourbe : la blonde, la brune et la noire.

La blonde provient de la décomposition des sphaignes ( plus ou moins 160 espèces de mousses ).

La brune vient de la décomposition de débris ligneux et d'arbustes du genre rhododendrons ( éricacées ).

La noire est issue de la décomposition des Cyperacées ( Herbacées en touffes, comme les papyrus ).

 

Le tourbier ( on l'appelle aussi le « bêcheur » ), armé de sa bêche longue et étroite appelée « louchet », découpait des morceaux de tourbe qu'il disposait sur le sol, afin de la laisser sécher, puis, une fois débarrassée de son eau, il la vendait comme combustible ( le charbon du pauvre ).

 

Aujourd'hui, les tourbiers modernes exploitent les tourbières en vue d'une utilisation en horticulture et agriculture ( semis, terre de bruyère … ) et pour la purification des eaux.

 

Cette activité est fortement réglementée, afin d'éviter la disparition pure et simple des tourbières.

Tourbe mise à sécher



12/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres