Coyotus Erudicus

Coyotus Erudicus

Le boutefeu

Le mot « boutefeu » provient du moyen âge, époque à laquelle on commandait les tirs de canon par l’expression « boutez le feu ».

De là, la baguette garnie à son extrémité d’une mèche d’étoupe utilisée pour ce faire fut nommée « le boute-feu », puis par extension, la personne qui mettait le feu aux pièces d’artillerie fut appelée «  boutefeu ».

 

En France, pour célébrer les anniversaires du roi Louis 14  par des feux d’artifice, le boutefeu est devenu « artificier », terme encore utilisé actuellement pour les artisans responsables de ce métier.

 

Dans les exploitations minières, un mineur spécialisé était ( et est toujours dans les mines encore en fonction ) responsable du placement et de l’explosion de la dynamite, destinée à creuser ou à agrandir les galeries.

Là, comme dans les carrières, le boutefeu est chargé du tir des mines d’abattage et des procédures de sécurité inhérentes à la fonction.

Il  est le seul à manipuler et à mettre le feu à des charges explosives.

Au préalable, il a examiné les lieux, afin de déterminer le type d’explosif à utiliser, la charge à prévoir et l’emplacement des trous de forage.

Il se charge du transport des explosifs et veille à la sécurité de ses collègues travailleurs.

 

Plus varié, le travail du dynamiteur ne se limite pas aux mines et carrières.

Il œuvre dans l’abattage d’immeubles, le creusement de tunnels et métros, la suppression d’obstacles lors de construction de routes, etc…

Le dynamiteur est aussi chargé du transport, de la vérification et de l’entretien des explosifs et du matériel

 

Dynamiteurs et boutefeux ont depuis longtemps abandonné les cordons et mèches à enflammer et utilisent maintenant des détonateurs électriques munis de générateurs.

 



23/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres